Modernités en frottements

Turkish soldiers stand guard as Syrians wait behind the border fences near the southeastern town of Suruc in Sanliurfa province

La vie moderne révèle ses murs. Ses parois perdent de leurs élasticités. Les espaces se décomptent. Il va falloir terra(re)former notre propre planète. C’est pour moi une vision forte - de plus en plus forte.

Face à ce sentiment très fort, je tente de déployer mais aussi je creuse - à travers mon écriture, mes explorations plastiques. C’est pour ça qu’il me faut explorer, y compris les cavités, les replis, les passages.
Il est d’ailleurs tout à fait raisonnable, d’y creuser, dans cette modernité.
Nous avons d’ailleurs largement commencé d’y creuser, pour l’exploitation des ressources, mais en désordre, accumulant les fronts de ses limites, de nos carences.

Aussi, je commence cette résonance avec la biennale de Lyon 2015 en commençant à explorer quelques lieux de cet hors-champ, résonnant, débordant du cadre, ex-plorant les limites non-consignées des parois qui se resserrent autour de notre belle captive.

Une autre modernité reste à inventer. Presque totalement ? Anticipons.

Une grande partie de mon approche en résonance sera virtuelle, exposée via ce site.

Terrassements et patrimoine

Pour ce début de biennale, donc, par une mise en creux, je rebondis et résonne avec une association cataphile lyonnaise, l’OCRA http://www.ocra-lyon.org/ et ce dès les 19 et 20 septembre 2015, au cours des journées du patrimoine (un autre parallèle ex-situ à la biennale d’art contemporain, sous forme de recherches en perspectives), tout d’abord en ex-plorateur : http://www.ocra-lyon.org/journees-europeennes-du-patrimoine-19-et-20-septembre-2015/ et témoin.
Et ce pour mieux y projeter une prochaine exposition (plusieurs…), accompagnée de performances, dont je vous tiendrai ici informés.

Je vous invite donc à me rejoindre, nous rejoindre, au cours de ces 2 jours, sur les deux sites mis en visite par cette association (voir liens ci-dessus).

Bouche-accès-souterrain

Je serai samedi 19 septembre de 9h à 19h au Fort de Vaise 25 Boulevard Antoine de Saint-Exupéry (Lyon Vaise, au dessus de la station Valmy, métro D, 11mn en allant vers la colline de Fourvière, parking possible sur place)

Et dimanche 20 septembre de 9h à 18h, je serai, avec l'OCRA (et Maxime Blanc) A Caluire-et-Cuire, casemate de Montessuy (ancienne champignonnière), 3 Rue Paul Painlevé (accès voiture par la Montée de la Boucle, côté Rhône ; par la Montée des Forts, côté Saône ; métro Cuire ligne C)

[attention: les 2 jours pause entre 12h et 14h]

Ceci pour amorcer cette résonance donc.
D'autres actions suivent.

Je tiendrai ici une rubrique, sous forme d'articles et de commentaires.
Et explorerai aussi, certainement, d’autres espaces temps, vitaux, et si modernes.

Site personnel :
http://1propre.free.fr
http://friche-lamartine.org/artistes/pierre-gonzales-iz-ner/

ABI/ABO [art be in/art be out] :
http://abi.abo.free.fr

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

3 thoughts on “Pierre Gonzales iz neR

  1. Et si commenter sa propre action, sa propre vie, ses propres actes, en plus de la faire de tout et de n’importe quoi, n’importe qui, y compris, de plus en plus de ses proches et donc, aussi de soi-même, devenait le signe, un des signes prédominant de notre ‘vie moderne’?

    • it’s so fine;;, (bon, j’ai trafiqué un peu le lien, parce que la pub, hein..)

Comments are closed.